ACCESS IMMOBILIER

Vente d’appartement à Pau : ce qui compose votre budget de vente

Partager sur :
Vente d’appartement à Pau : ce qui compose votre budget de vente

En tant que propriétaire-vendeur d’un bien à placer sur le marché de l’immobilier à Pau, vous aurez sous la responsabilité quelques dépenses préalables. Leur but est de faciliter la réussite de votre projet de vente d’appartement à Pau. Les voici.

Le coût des diagnostics obligatoires

L’une des premières obligations d’un propriétaire-vendeur dans une vente d’appartement à Pau est de faire réaliser les diagnostics techniques obligatoires sur son bien. Obligatoires comme leur nom l’indique, vous ne pourrez y échapper, notamment pas à leur coût car les honoraires du diagnostiqueur vous reviendront en exclusivité. Toutefois, le montant de ces frais varie en fonction du nombre d’examens à faire effectuer et de leur difficulté. 

Les frais d’agence

Les frais d’agence intègreront votre budget de vente immobilière seulement si vous avez fait appel à un professionnel de l’immobilier pour s’occuper de la vente du bien. Dans ce cas, ses honoraires représentent environ l’équivalent de 10% du prix de vente du bien. Toutefois, il vous est possible d’y échapper en soumettant leur paiement à votre acquéreur. Si c’est le cas, vous devez le spécifier dans l’annonce immobilière afin de rester dans la transparence. 

Les frais de réparation et/ou de rénovation de l’appartement

Pour réussir une vente d’appartement à Pau dans les meilleures conditions, il est possible que votre appartement ait besoin d’un petit coup de jeune afin de mieux séduire vos potentiels acheteurs. Pour ce faire, des travaux y seront nécessaires et dans ce cas, vous devrez allouer une partie de votre budget de vente à leur réalisation. Toutefois, pour ne pas dépenser pour des travaux qui ne sont pas rentables, mieux vaut demander conseil à un professionnel de l’immobilier qui connaît les exigences des acheteurs du moment et qui définira donc les travaux à prioriser.

L’impôt sur la plus-value

Cet impératif n’intervient réellement que si l’appartement mis en vente fut votre résidence secondaire, qu’il vous a appartenu depuis moins de 30 ans et si sa revente vous a permis de générer un profit. Sans ces trois conditions, l’impôt sur la plus-value n’aura pas lieu d’être dans votre projet de vente immobilière.